La paroisse Saint-Georges de Ouiatchouan





              Puis, en 1911, M. l'abbé Joseph-Edmond Tremblay est nommé Curé de Val-Jalbert et le village
          devient ainsi  une paroisse, mise sous le patronage de Saint-Georges en l'honneur de M. l'abbé
          Georges Paradis, ancien curé de Roberval, qui fut le premier desservant de cette ancienne mission.

              Dès son arrivée, M. l'abbé Tremblay fait construire une église en bois et un presbytère.  Il peut
          alors recevoir chez lui, au presbytère, les mouvements de la paroisse.  La J.O.C. (jeunesse ouvrière
          catholique) et le cercle Saint-Georges y tiennent leurs réunions.

              La religion catholique est à l'honneur et les gens sont très fervents à cette époque.

              La paroisse est érigée canoniquement le 26 octobre 1922.

              Le 20 mars 1927, M. l'abbé Tremblay quitte ses paroissiens, après avoir fait partie de tous les
          mouvements et de toutes les associations et organisations.  Il fut alors remplacé par M. l'abbé Joseph
          Audet qui eut à soutenir les villageois lors de la fermeture de l'usine, cinq mois plus tard.

              La paroisse dépérit, en raison du départ des fidèles, et fut fermée en septembre 1929.

              En 1932, le bois du temple ainsi que celui du presbytère et quelques maisons servit à la construction
          de l'église de Saint-Edmond-les-Plaines.

              Il ne reste donc, sur le terrain de la fabrique, que les ruines des fondations de l'église et du presbytère
          ainsi que le socle de la statue de Saint-Georges.  Cette dernière fut transportée à l'église de Saint-Georges
          de Jonquière.  Le cimetière est toujours là, mais envahi par la végétation.  La grosse croix de bois dort,
          allongée sur le sol, et seuls quelques monuments apparaissent encore parmi les arbres.

* * *

Tous droits réservés à ©FotoBerSim