JEAN et GUILLAUME BARET



Ce patronyme prend ses racines dans le verbe barrer, de plus, un bonnet à trois ou quatre cornes porté par les ecclésiastiques se nomme " barrette ".
Deux ancêtres, deux frères, répondent au nom Barrette ou Baret, viennent tôt dans la vallée du Saint-Laurent. Jean et Guillaume, fils de Guillaume Baret et de Thiphaine Carrey, mariés à Beuzeville, en 1627. Leur mère, Thiphaine, est inhumée le 3 novembre 1638.
L’aîné, Jean Barrette, est baptisé le 2 novembre 1630, à Beuzeville-en-Caux, région normande. À l’âge de 16 ans, vers 1646, il décide de quitter son clocher et les siens.
En 1660, Jean qui sait signer, travaille pour un habitant de Sainte-Anne. L’année suivante, un événement pénible vient terroriser la colonie du Petit-Cap. Louis Guimond, époux de Jeanne Bitouset depuis 1653, est capturé par les Iroquois, amené vers le lac Champlain et torturé à mort.
Jean Barrette qui connaît la veuve, en vient à lui proposer le mariage. Jeanne Bitouset est la fille d’Antoine Bitouset et de Nicole Duport, originaire de Saint-Étienne-du-Mont, ville de Paris.
La bénédiction nuptiale a lieu le jeudi 24 novembre 1661, à l’église de Château-Richer. De ce nouveau couple, sept enfants sont nés, et celui qui nous intéresse, c’est le dernier de la famille, François Barrette, né en 1676, qui s’allie à la famille Cloutier, de Château-Richer, en épousant en 1701, Geneviève Cloutier, fille de Jean Cloutier et Louise Bélanger. 
Deux enfants de François Barrette et Geneviève Cloutier tissent des liens de descendance. Le premier, Geneviève Barette épouse en 1725, Thimothé Paré, né en 1700, fils de Jean Paré et Jeanne Racine. Le deuxième lien, Joseph Barette épouse en 1741, Marie-Thérèse Fortin, née en 1724, fille de Julien Fortin et Marie Tremblay. À la quatrième génération, leur fils Basile Barette épouse en 1782, Marguerite Simard, puis enfin, à la cinquième génération, Ursule Barette épouse à La Malbaie, en 1808, Joseph Dallaire
L’aïeule, Jeanne Bitouset quitte les siens la première, elle décède le lundi 10 février 1707. L’année suivante, le 22 décembre, Jean Barrette va la rejoindre.
Le deuxième frère Barrette, l’ancêtre, Guillaume, baptisé le 3 avril 1633, traverse un jour l’Atlantique et se dirige vers Trois-Rivières. Là, il épouse le 19 novembre 1663, Louise Charrier, née vers 1642, une fille du roi, une Vendéenne, de Ste-Gemme-la-Plaine, arrondissement Fontenay-le-Conte, au Poitou, en France. 
Des neuf enfants du couple, celui qui nous intéresse c’est François Barrette, dit Guillaume, né au Cap de la Madeleine, en 1678. Il épouse en 1706, Jeanne Gagné, fille de l'ancêtre Pierre Gagné et de Catherine Daubigeon. Une fille de François-Guillaume Barette, dit Courville et de Jeanne Gagné produit un autre lien. Jeanne-Suzanne Baret, épouse en 1734, Pierre Bourdeau, né en 1706, fils de l'ancêtre Pierre Bourdeau et Marguerite Lefebvre.
L’aïeule, Louise Charrier décède vers la fin de l’année 1706, puis son mari Guillaume Barrette meurt le 21 juillet 1717, à Laprairie.