Jacques et Pierre Boivin
Des Ancêtres des Boivin d'Amérique

Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique http://www.genealogie.org/

Jacques Boivin

Jacques Boivin était originaire de la paroisse de Sainte-Colombe, près de La Flèche, en France. Son père se nommait également Jacques et sa mère, Jacqueline Delanne. Ils étaient de Jerzé, en Anjou. 
En 1653, Jacques arrivait au Canada, recruté par monsieur de Maisonneuve pour venir prêtre main forte à létablissement de la colonie naissante. Il était au nombre dune centaine de colons qui venaient conquérir des horizons nouveaux en terre dAmérique. 
A son arrivée au Canada, il sétablit à Montréal. Plusieurs années plus tard, soit en 1665, et sur le tard, il épouse Marguerite Blois, âgée de 21 ans, fille de Jacques Blois et de Françoise Masson, de Saint-Julien de Laferté-Bernard au Maine, en France. Jacques est alors âgé de 40 ans. Ils eurent un fils, nommé Michel, et une fille, Catherine. 
Le 18 mars 1669, il loue une terre de Laurent Archambeault. Un an plus tard, il achète une terre de deux arpents par trente sur la Côte Sainte-Marie et sur laquelle est érigée une cabane de pieux en terre. 
Au recensement de 1681, il possède neuf arpents de terre en valeur et une vache. 
Jacques Boivin fut inhumé à Montréal le 23 juillet 1704. 
 
 

Pierre Boivin 

Jacques Boivin n'est pas l'unique ancêtre des Boivin d'Amérique. 
Pierre Boivin, arriva en Amérique vers 1661. Il était originaire de Normandie où il est le 26 juillet 1643 à St-Maclou, diocèse de Rouen. Il pratiquait le métier de maçon. 
Trois oncles de Pierre arrivèrent avant lui au Canada dans la première moitié des années 1600. 
On découvre Guillaume comme témoin au mariage de Claude Poulin et Jeanne Mercier, le 8 août 1639. Il était maître charpentier et travaillait pour la communauté des Jésuites à Sillery. 
Charles, le frère de Guillaume, travaillait également pour les Jésuites. Il était également maître-charpentier, ce qui ne l'a pas empêché de faire de l'arpentage au Cap-de-la-Madeleine dans les années 1662. 
Le troisième oncle, François, était également charpentier. Il arriva en Nouvelle-France en 1646. Il était veuf et le demeurera. Il construisit l'église des Trois-Rivières, travailla pour les Ursulines à Québec, posséda plusieurs terrers dont une à Sainte-Anne-du-Petit-Cap. 
Charles et François décédèrent en 1675. On ignore l'année du décès de Guillaume. 
«Tels sont les 3 oncles prestigieux qui reçurent à bras ouverts leur neveu Pierre Boivin, vers 1661, à Québec.» (1) 
Pour revenir à Pierre, il épousa Étiennette Fafard le 4 novembre 1664 aux Trois-Rivières. Elle était la fille de Bertrand Fafard, dit Laframboise, et de Marie Sédillot. Ils eurent de nombreux enfants qui leur assurèrent une généreuse descendance en terre d'Amérique. 
Pierre décéda à Sainte-Anne-de-Beaupré le 5 janvier 1709. Étienne le suivit dans l'au-delà le 7 avril 1721. 
Répandu en France à cette époque, le patronyme «Boivin» illustrait celui qui boit le vin. Quoi de plus normal que ce nom illustre encore le caractère chaleureux et un peu intempestif de ceux qui le portent. 
(1) 'Nos Ancêtres', vol. 19, par Gérard Lebel, C.Ss.R. pages 45-53