Version 1
Louis Bolduc
Ancêtre des Bolduc d'Amérique

Source:  Le Centre de généalogie francophone d'Amérique http://www.genealogie.org/

Par: La Société généalogique de l'est du Québec 

Louis Bolduc (Boulduc) est né en 1648 de l'union de Pierre, un maître apothicaire-épicier et de Gillette Pijart, en la paroisse de St-Benoît de Paris. 
Il semble que sa mère avait 2 frères Jésuites, Pierre et Claude, qui vinrent au Canada. De plus son frère, Simon, apothicaire de la reine d'Espagne, fut nommé juge consul de Paris, il bénéficia même de titres de noblesse. 
Le 18 août 1665, sur un navire de 400 tonneaux, il fit son entrée à Québec. La compagnie de Grandfontaine, dont il faisait partie, se dirigea vers le Richelieu dès le 2 octobre. Il reçut son congé quelques années plus tard, en 1667. 
En août 1668, il épousait en grandes pompes Élisabeth Hubert, fille de Claude Hubert, procureur. Le gouverneur lui-même, en tant que représentant du régiment de Carignan, comptait parmi la liste des invités. 
Le 16 octobre 1669, il achetait une ferme à Charlesbourg, au montant de 800 livres. Il s'installa sur cette terre de 40 arpents au début de 1670. Cependant, le 24 août 1674, les Bolduc se rendirent à l'évidence, le métier de fermier n'était pas fait pour eux. 
En septembre 1679, le couple achetait une maison à Québec de Mme Pierre de Joybert, au prix avantageux de 80 livres par année. Il obtint, par la même occasion, le titre de " bourgeois de cette ville ". 
Le 31 août 1676, il devenait Conseiller et procureur au siège ordinaire de la prévoste de cette ville. Semblait-il qu'il prenait son rôle très au sérieux ! Pourtant, ceci causa sa perte ! À 32 ans, selon le recensement de 1681, ce père de 6 enfants ne possédait que 2 vaches et un fusil. 
Par la suite Frontenac, dans le but d'amoindrir l'influence du Conseil souverain, avait nommé Bolduc procureur de la Prévôté. L'atmosphère semblait électrifiée à Québec, Frontenac décida de commander son arrestation. Plutôt que d'affronter Frontenac, le Conseil déclara la guerre à Bolduc. On dit qu'il fut traité de tous les noms, même de voleur ! 
Le 20 mars 1682, le conseil souverain accusait Bolduc de crimes et malversations. Frontenac s'opposa mais Denonville ne voulut pas le rétablir dans ses fonctions. En 1686, le roi lui enlevait officiellement son titre de procureur. 
Les parents Bolduc quittaient alors Québec pour la France en y laissant 2 filles et 3 garçons, encore vivants. Est-ce qu'ils revinrent au pays? Peut-être, pouvons-nous abandonner nos enfants pour toujours? 
Les 3 garçons se marièrent à la Côte de Beaupré et eurent de nombreux enfants. Un premier prêtre vint de la lignée de René, époux d'Anne Gravel, de la 6e génération. En 1845, il exerça une cure à Wallemette sur l'île de Vancouver. En 1850, on le nomma procureur de l'Archevêque de Québec et aussi Prélat romain.
 
 
 

Version 2

LOUIS BOLDUC

Source: http://www.smartnet.ca/users/roberochon/BolducLouis.htm

L'ancêtre unique des familles Bolduc est Louis Bolduc ou Boulduc, né en 1648, à Paris. Fils de Pierre, qui exerce dans la ville-lumière, le métier de maître apothicaire-épicier, demeurant rue St-Jacques, dans la paroisse St-Benoît, à Paris et de Gillette Pijart.

À 17 ans, Louis Bolduc fait partie du régiment de Carignan, dans la compagnie du sieur de Grandfontaine. Louis arrive à Québec, le 17 août 1665. Sa mission, comme celle des autres soldats; empêcher les Iroquois d'emprunter la rivière Richelieu pour ensuite venir harceler les colons de Trois-Rivières et de Montréal.

Louis reçoit son congé de l'armée vers la fin de 1667 début 1668. Il épouse le 20 août 1668, à Québec, Élisabeth Hubert, née vers 1650, à Saint-Gervais de Paris, fille de Claude Hubert, procureur au parlement de Paris, et d'Isabelle Fontaine.

En 1676, Louis devient adjoint de M. de Lotbinière, comme procureur du roi en la prévôté de Québec. Mais les mauvaises relations entretenues entre la prévôté et le Conseil souverain vont entraîner la chute de Louis Bolduc. Ce dernier, voulant vraisemblablement plaire au Gouverneur Frontenac, l'assiste dans des luttes futiles. Louis ne tarde pas à devenir le bouc émissaire de ces querelles.

Élizabeth Hubert, sa femme, obtient le 10 mars 1685, avant que son mari ne perde son poste, le tiers du salaire de ce dernier. Elle rentre en France, puis son mari va la rejoindre peu après.

Des cinq enfants qu'ils abandonnent, celui qui tisse le lien Bolduc dans cette généalogie, est Jacques.

Jacques Bolduc est le jumeau survivant, né le 15 octobre 1672 et baptisé le 17, à Québec. Jacques épouse à la côte de Beaupré, le 7 novembre 1701, Marie-Anne Racine, née le 29 mars 1684, fille de Noël Racine et de Marguerite Gravel. Leur fille, Marie-Anne Bolduc, épouse le 21novembre 1729, Jean Filion, lien qui ce poursuit jusqu'à la mère de mes enfants.

Louis Bolduc "fut peut-être, avant tout, la victime d'une époque troublée". Louis Bolduc est peut-être revenu en Nouvelle-France, mais il décède à Paris, entre le 8 février 1700 et la fin 1701. Sa veuve, Élisabeth Hubert est décédée avant le 7 novembre 1701, à St-Joachim.