JEAN CAUCHON

Source: http://www.smartnet.ca/users/roberochon/cauchon.htm

Originaire de Dieppe en Normandie, dans le département actuel de la Seine-Maritime, l'ancêtre Jean Cochon, (c'est ainsi que s'écrivait ce patronyme) né vers 1591, se mari deux fois dans cette ville. Tout d’abord en 1619, avec Marguerite Cointerel qui décède en janvier 1633, puis, le 2 avril de la même année, il épouse Jeanne Abraham.

Au moins un enfant de chacun des lits, fait parti pour nous de cette description généalogique.

La famille de Jean Cochon est arrivée en Nouvelle-France en 1638. La fille aînée de sa première épouse, Marguerite Cauchon, née en 1620, épouse le 29 juillet 1640, Jean Gagnon, l’un des trois frères Gagnon, qui comptent parmi les premiers Percherons arrivés après le départ des frères Kirke, en 1632. Quatre enfants Gagnon/Cauchon nous unissent aux aïeux. 

La première, Renée Gagnon, née en 1643, devient l’ancêtre maternel des Ouimet, en épousant Jean Ouimet, en 1660.

La deuxième, Marguerite Gagnon, née en 1645, épouse Jean-Baptiste Caron, né en 1641, fils des pionniers Robert Caron et Marie Crevet.

Le troisième, Jean Gagnon, né en 1648, épouse en 1670, Marguerite Drouin, née en 1655, fille de l'ancêtre Robert Drouin et Marie Chapelier.

Le quatrième Gagnon/Cauchon, Germain Gagnon, né en 1653, épouse en 1688, Jeanne David, née en 1669, fille des pionniers Jacques David, dit Pontife et de Marie Grandry.

Aussi arrivé avec la famille Cauchon/Abraham, leur fils, Jacques Cauchon, qui est dit Lamothe, avait été baptisé le 6 février 1635, à l'église St-Jacques de Dieppe. Jacques Cauchon conduit à l’autel de Château-Richer, le 23 novembre 1661, Barbe-Delphine LeTardif, née en 1646, fille d’Olivier LeTardif et de Barbe Emard. Le couple Cauchon/LeTardif, a onze enfants, dont Marie-Madeleine Cauchon devient l’épouse en 1690, de l’ancêtre Louis Michel originaire de La Rochelle, en Aunis. 

Leur fils, Charles Michel, né en 1696, épouse Marie-Thérèse Simard, née en 1701, fille de Pierre Simard et de Claire Dodier.

L’ancêtre Jean Cauchon, semble avoir reçu en France une instruction assez poussée, à une époque où les analphabètes sont légion. Il signe d’une très belle écriture, avec paraphe, avec ou sans son prénom. Ses coparoissiens ont souvent recours à ses services. Dès 1652, il devient procureur fiscal de Château-Richer. Il a aussi rempli la tâche de marguillier de la paroisse " Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle " à Château-Richer.

Jeanne Abraham est décédée avant son mari, entre 1667 et 1673. L'ancêtre Jean Cauchon décède le 11 juillet 1673.

L'origine des Cochon-Cauchon fort répandu autrefois en France, mais, comme le terme même symbolise aussi la malpropreté et la paillardise, de nombreuses familles obtiennent de le changer pour Aubry, Cardeur, Creton, Cochois, etc.