Version 1
Jean Côté
Ancêtre des Côté d'Amérique

Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique http://www.genealogie.org/
Autre lien: Généalogie Bersim :  http://www.multimania.com/bersim

L'ancêtre Jean Costé, Cotté, Cottez ou Côté fut l'un des premiers habitants du pays. Son origine demeure inconnue. 
On sait cependant qu'il s'attacha à l'oeuvre de Robert Giffard, premier seigneur de Beauport. C'est ainsi qu'il arriva en 1635 et se fixa sur une terre concédée par le sieur Giffard. 
Il épousa, le 17 novembre 1635, Anne Martin, fille de Galeran Martin, un veuf qui habitait Beauport à cette époque. Elle est également la soeur d'Abraham Martin de qui le nom des célèbres Plaines origine. Ce couple mit au monde 8 enfants dont 7 se marièrent et devinrent les ancêtres de presque tous les Canadiens français. 
L'année suivante, le sieur de Montmagny, gouverneur de la Nouvelle-France, lui céda un emplacement d'un arpent de front sur la Grande-Allée. En 1641, avec son voisin Noël Langlois, il s'engagea à fournir à la Compagnie de la Nouvelle France, cinq cent bottes de foin pour 80 livres tournois. 
En 1645, le seigneur Giffard lui légua officiellement la terre qu'il occupait depuis une dizaine d'années. Il reçoit à la même époque un emplacement de cent cinquante pieds de front par soixante pieds de profondeur à la Haute-Ville de Québec. Il le vend à son gendre, Pierre Soumandre, lors de la passation de son contrat de mariage. 
Il décédait le 27 mars 1661. Il fut inhumé le lendemain à Québec. 
Sur son acte de sépulture on pouvait lire: «L'an 1661, le 28 mars a esté enterré dans l'église Jean Costé ancien habitant de ce pays mort le Jour précédent en sa maison». 
Anne Martin lui survivra jusqu'au 4 décembre 1684, date à laquelle elle fût inhumée à Québec. 
 
 
 

Version 2

JEAN CÔTÉ

Source: http://www.smartnet.ca/users/roberochon/ctjean.htm

Jean Côté arrive en Nouvelle-France le 20 juillet 1635. On croit qu'il est originaire de Mortagne au Perche. Il épouse le 17 novembre 1635, en l’église Notre-Dame de Québec, Anne Martin, fille de Galleran Martin et sśur d’Abraham Martin, dit l'Écossais, celui-là même qui donne son nom aux fameuses plaines d'Abraham, à Québec. Le couple, Jean Côté et Anne Martin donne naissance à huit enfants, dont trois fils sont directement reliés à cette généalogie.

Louis Côté, baptisé le 25 octobre 1635, une vingtaine de jours avant le mariage de ses parents. Il épouse à son tour, Élisabeth Langlois, en 1662 et leur fille Marie Côté, née en 1663, se marie en 1682, avec Louis Lemieux, ce qui débute une première branche.

Né en 1639, Martin Côté choisit pour compagne de vie, en 1667, Suzanne Pagé née à Québec en 1654, fille de l'ancêtre Raymond Pagé, dit Quercy, menuisier et de Madeleine Bergeron, arrivés au pays en 1648. Deux fils des neuf enfants du couple Suzanne/Martin, débutent chacun une branche qui nous concerne. Le premier, Jean Côté né en 1670, à St-Pierre, île d’Orléans se marie à Marie-Anne Langlois en 1694. 

L’autre fils, Pierre-Martin Côté, né en 1684, aussi à l’île, s’est marié en 1707, avec Marie Baillargeon.

Jean dit Lefrisé, né en 1644, est de loin le plus prolifique, grâce à deux mariages. Le premier, en 1669 à Anne Couture, qui lui donne sept enfants, mais elle décède en 1684. Le second mariage, en 1686, avec Geneviève Verdon, la fille de l'ancêtre Vincent Verdon, originaire de St-Martin, dans l'île de Ré, à La Rochelle, en Aunis et de Geneviève Pelletier, marié en 1663, à Québec. Le couple Jean/Geneviève ont onze enfants, dont Joseph et Thomas, nous tissent des liens. Joseph Côté né en 1689, épouse Thérèse Huot en 1711, fille de l’ancêtre Mathurin Huot venu d’Angers, dans l'Anjou, marié en 1671, à l’Ange-Gardien, avec Marie Letartre, fille de l’ancêtre René Letartre. 

Thomas Côté, né en 1707, marié en secondes noces à Geneviève Gagnon, en 1735, nous bouture deux branches, celle de Joseph Côté, en 1759, avec Dorothée Tremblay et l’autre, par Léonard Côté, en 1771, avec Agnès Guérin. 

L’ancêtre, de l’une de nos plus grandes familles, est passé de vie à trépas, le 27 mars 1661, dans sa maison. Il est enterré dans l’église même, le lendemain. 

Anne Martin lui survit plus de vingt ans. Elle est inhumée à Québec, le 4 décembre 1684, à l’âge d’environ 70 ans.