LOUIS DELISLE

Source: http://www.multimania.com/ancetre/DelisleL.htm

Delisle signifie habitant de l'île ou originaire de l'île. Le patronyme fait allusion à un lieu géographique comme Lamontagne, Descôteaux, Durivage et Dulac.
Louis Delisle est le premier Delisle à contracter un mariage en Nouvelle-France. Louis, neuvième de la famille, est baptisé le 11 avril 1645 à l'église de la commune de Dampierre-en-Bray, département actuel de la Seine-Maritime. Son père Charles Delisle est mort avant même que Louis puisse avoir deux ans. Sa mère, Marguerite Petit s'est occupée seule de la dizaine d'enfants qu'elle a eue avec son père, Charles Delisle. 
Louis Delisle est arrivé à Québec, en octobre 1665, comme soldat du régiment de Carignan, peut-être sur le vaisseau "Le Saint-Sébastien".
À l'âge de 24 ans, Louis Delisle épouse le 15 octobre 1669, une fille du roi, Louise Desgranges, 21 ans, native de Saint-Brice, archevêché de Paris, aujourd'hui Saint-Brice-sous-forêt, arrondissement Montmorency dans le Val-d'oise, fille de Denis Desgranges et de Marguerite Jouanne.
Au recensement de 1681, à Neuville, les Delisle possèdent un fusil, sept bêtes à cornes et vingt arpents de terre en culture.
Les Delisle ont donné naissance à dix enfants sur une période de seize ans, soit du 15 novembre 1670 au 21 novembre 1686. Celle qui nous lie à l'ancêtre dans cette description généalogique, Catherine-Angélique Delisle est née le 5 juin 1674.
À l'âge de 16 ans, le 3 novembre 1689, Catherine-Angélique donne son cur à l'ancêtre Jean Aide, dit Créquy, un saintongeais cousin de Pierre Grenon. Le couple élève aussi une famille de dix enfants, tous nés et baptisés à Neuville.
À la fin du mois d'octobre 1691, Jean Aide, dit Créquy, fait l'acquisition d'une terre dans Champigny, près de la ligne de la seigneurie de Maure, à l'arrière de la route du Cap-Rouge.
Le 7 septembre 1693, Louis Delisle, sa femme et sa fille Catherine-Angélique revendent cette terre au nom de leur gendre et époux absent du pays.
Quand Louis Delisle vend la terre de Jean Aide, voici ce que le notaire Genaple écrit :"Louis de l'Isle habitant de la seigneurie de Neuville gisant au lit malade en la maison du Sr pre Villeneuve rue demeules, sain toutefois d'esprit et Jugement ainsy q'est apparu aud. Notre et témoins enfin nommés, Et Louise des granges".
Les gens de la région de la capitale, quand c'était possible, allaient transporter à l'Hôtel-Dieu pour obtenir des soins de qualité ou pour mourir dans la dignité. À l'âge de 48 ans, l'ancêtre est transporté à l'Hôtel-Dieu, quelques jours avant sa mort. Le 10 septembre 1693, c'est là qu'il expire.
Louise Desgranges vit plus de 28 années après la mort de son mari, elle est inhumée dans la terre bénite de Neuville, le mardi 11 novembre 1721.