Version 1
Julien Fortin
Ancêtre des Fortin d'Amérique

Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique http://www.genealogie.org/
Autre lien: Généalogie Bersim   http://www.multimania.com/bersim

Sept hommes portant le nom de «Fortin» vinrent s'établir en Nouvelle-France. Le plus ancien d'entre eux sera l'ancêtre Julien Fortin dit Bellefontaine. 
Julien est né à Saint-Cosme-de-Vair, évêché de Mans, au Perche, de l'union de Julien Fortin, un boucher, et de Marie Lavye, fille de Gervais Lavye. Il y a été baptisé dans la paroisse de Notre-Dame le 9 février 1621. Marie décédait le 24 novembre 1628. Julien (père) allait par la suite épouser en secondes noces Julienne Guillemin. 
Après s'être embarqué au port maritime de Dieppe, en Normandie, et après trois longs mois en mer, Julien accostait à Québec avec Robert Giffard, propriétaire de la seigneurie de Beauport. Il avait alors 29 ans. 
Le 26 décembre 1650, il achetait d'Olivier Le Tardif une terre de cinq arpents de front à Sainte-Anne-de-Beaupré. Elle est située entre la terre de Claude Bouchard et celle de Pierre Picard. Il la revendra à Robert Caron le 27 mars 1654. Quelques années plus tard, soit en 1657, il se voit concédé par Charles de Lauzon de Charny du un huitième de la seigneurie de Beaupré et de l'Île d'Orléans. Il revendit le tout à Monseigneur de Laval pour 750 livres. Deux ans plus tard, il s'achetait une terre au Cap Tourmente. En 1667, il avait deux domestiques à son service, huit arpents de terre en valeur et sept bestiaux à l'étable. 
Julien Fortin avait épousé le 11 novembre 1652, au Cap Tourmente, Geneviève Gamache, alors âgée de 17 ans environ. Elle était la fille de Nicolas Gamache dit Lamarre et de Jacqueline Cadot, de St-Illiers en Beauce. Elle y avait été baptisée le 3 octobre 1636. Ils avaient précédemment scellé leur union devant le notaire Claude Aubert. De leur union allaient naître douze enfants, soit huit garçons et quatre filles. Neuf d'entre eux seront emportés par les grandes épidémies de la fin du 17ième siècle. 
Trois fils, Charles, Pierre et Eustache vont cependant se marier, avoir des enfants et contribuer ainsi à perpétuer le nom des Fortin à travers l'Amérique. 
L'aïeul, Julien Fortin dit Lafontaine décédait après juin 1689. Geneviève poursuivit l'exploitation des biens de son défunt mari jusqu'à la fin de sa vie. Elle s'éteignit le 24 novembre 1709, chez sa fille Barbe, à l'Islet. 
Autres ancêtres Fortin 
Six autres Fortin viendront en Nouvelle-France. Cinq d'entre eux prendront épouse: 
· Louis Fortin, dit Lagrandeur; 
· François Fortin, dit Hermel; 
· Pierre Fortin, dit Parie; 
· Marin-Charles Fortin;
· Pierre-Nicolas Fortin. 
 
 

Version 2
Source : http://www.sirius.com/~emgold/Noella/biograf2.htm+ancetre+boily&hl=fr&lr=lang_fr 

Julien Fortin dit Bellefontaine est né le 9 février 1621 à Notre-Dame de Vair, arr. de Mamers, evêché de Le Mans , Maine (Sarthe ). Il était le fils de Julien Fortin, boucher, et Marie Lavye. 
En 1634, Robert Giffard, propriétaire de la seigneurie de Beauport en Nouvelle-France, vint séjourner à l'auberge 'Le Cheval Blanc' qui appartenait au grand-père maternel de Julien, Gervais Lavye. Julien, qui n'avait que 13 ans à l'époque, y entendit sans doute Robert Giffard parler du Canada... Lorsque Giffard revint en France en 1650, afin de recruter des colons, Julien était du nombre de ceux qui décidèrent de s'embarquer à Dieppe, en Normandie, en route pour la Nouvelle-France. 
Ils arrivèrent à Québec à la fin de l'été 1650. Le voyage avait duré trois mois. 
Très tôt, Julien Fortin acheta une propriété juste en face de Ste-Anne de Beaupré; il l'a revendit quelques année plus tard à Robert Caron. En 1657, Julien Fortin devint co-propriétaire de la seigneurie de Beaupré et de celle de l'Ile-d'Orléans. Il vendit le tout avec profit à Mgr. de Laval en 1662. En 1659, il reçut une concession de 6 arpents à Cap Tourmente( Saint-Joachim), sur le bord de la rivière. Ce territoire fut connut autrefois sous le nom de 'La Côte Fortin'. Julien possédait aussi des terres à la Petite Rivière Saint-François, dans Charlevoix. 
Le recensement de 1667 nous révèle que Julien Fortin vivait à St-Joachim, il avait 2 domestiques à son emploi et possédait 8 arpents de terres défrichées, une étable et 7 animaux. 
Julien Fortin avait épousé Geneviève Gamache le 11 novembre 1652, à Cap-Tourmente. Geneviève, née vers 1636 à St-Ilier-la-ville, év. de Chartres, était la fille de Nicolas Gamache dit Lamarre et de Jacqueline Cadot. 
Julien et Geneviève eurent 12 enfants. Plusieurs moururent dans la fleur de l'âge en raison des épidémies de l'époque: fièvre scarlatine, rougeole, petite vérole... À l'âge de douze ans, leur fille Barbe, souffrant de pleurisie, fut recommandée à Ste-Anne par ses parents qui firent un voeu à la Sainte et commencèrent une neuvaine à la fin de laquelle, Barbe, 'reçut' une guérison complète. On crut au miracle... 
Julien Fortin est décédé le 10 août 1692 à l'Hôtel Dieu de Québec. Geneviève Gamache s'éteignit le 5 novembre 1709 à l'Islet. 
Un fait intéressant: le 6 octobre 1661, Julien Fortin avait témoigné en cour, du pillage des fermes de Jean Picard, de la veuve Caron et de Claude Bouchard par les Iroquois. Il témoigna également du massacre de six personnes dont Louis Guimond. 
 

Version 3:  http://www.genealogie.umontreal.ca/fr/Pionnier.asp?28233

JULIEN  FORTIN BELLEFONTAINE Statut(s) :  Immigrant  
Naissance : 1621-02-09 Notre-Dame et St-Cosme-de-Vair (auj. St-Cosme-en-Varais), ev. Le mans, Maine (ar. Mamers, Sarthe)  

Premier mariage  :      1652      Québec  avec  GENEVIEVE  GAMACHE