Version 1
Jean Leclerc
Ancêtre des Leclerc d'Amérique

Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique http://www.genealogie.org/

Jean Leclerc dit Le Bouteleux, est originaire de Dieppe, en Normandie. Fils d'Antoine Leclerc et de Michelle Rubel, il est né en 1646 et aurait été baptisé en l'église de Notre-Dame de Ternay, le 20 juin 1646. Lorsqu'il arriva en Amérique il était déjà marié à Marie Blanquet, dite La Fougère, et ils avaient un fils, prénommé Pierre. Le père de Marie est Andrien Blanquet qui viendra également en Amérique où il mariera à Québec, le 7 novembre 1663, Anne LeMaître, veuve de Louis LeRoy. 
La famille s'établit à Sainte-Famille de l'Ile d'Orléans. Huit autres enfants naîtront de leur union. 
Jean Leclerc pratiquait le métier de tisserand en toile. 
On n'a pas retrouvé l'acte de sépulture de Jean Leclerc dans les registres de la Nouvelle-France. Selon le dictionnaire Jetté, il aurait été inhumé le 13 avril 1703 à La Durantaye. 
Le patronyme peut s'écrire de différentes façons : Leclerc, LeClair, Leclair, Leclaire, Leclercq, Leclère, Le Clère. 
Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique
 

Version 2

JEAN LECLERC 
Tisserand en toile

Source : http://remitanguay.multimania.com/leclerc.htm

Le recensement de 1666, le premier qui eut lieu au Canada, nous renseigne sur le métier de votre ancêtre : Jean Leclerc était tisserand en toile. Ce même recensement nous apprend d'autre part que quinze autres colons étaient également tisserands. La population totale de la Nouvelle-France à cette époque ne dépassait guère plus de deux mille personnes, et la corporation des tisserands était donc largement représentée. 

De fait, les habitants du Canada s'étaient de très bonne heure rendu compte que le sol de leur pays était propice à la culture du chanvre et du lin. En 1663 Pierre Boucher, alors Gouverneur des Trois-Rivières, était d'opinion qu'il était temps de se mettre à une autre culture que celle du blé qui commençait à être en abondance dans la colonie : il préconisait la culture de la vigne et du lin. C'était sagesse, car les Canadiens devaient de plus en plus songer à vivre par eux-mêmes en subvenant à tous leurs besoins essentiels, alimentaires, vestimentaires et autres. 

L'Intendant Talon, qui se dévouait corps et âme à la cause de la Nouvelle-France, l'avait bien compris. Entre autres réalisations, il fit tout pour populariser la culture du chanvre et du lin. Dans ce but, il fit même main basse sur tout le fil importé de France, obligeant ainsi les habitants à en fabriquer eux-mêmes. Talon encouragea également le développement de la science du tissage, et à cet effet il fit distribuer des métiers à tisser dans de nombreuse maisons particulières. Cette politique dut réussir, car dès 1671 Talon pouvait annoncer que d'ici trois ans les habitants du Canada pourraient subvenir à leur besoins vestimentaires. 

Tous ces détails nous font deviner ce que fut la vie de votre ancêtre. Originaire de Dieppe en Normandie, Jean Leclerc était venu marié au Canada. Voyant sans doute que l'industrie du tissage allait connaître un bel essor, il fit acquisition d'un métier à tisser, avec lequel il pouvait fabriquer les toiles, les étoffes et le drap. Les matériaux employés étaient, nous l'avons dit, le lin, le chanvre et parfois la laine. Avec une certaine espèce d'ortie on faisait même de très bonnes cordes. 

Un mystère plane sur le lieu de décès de votre ancêtre. En effet, en 1680, lors du mariage d'une de ses filles, Jean Leclerc fut dé claré "étant aprésent absent en France", et l'année suivante, en 1681, il était défunt. 

Mourut-il en France, mourut-il en mer? La question est restée à date sans réponse. Ce qui est certain c'est que son acte de sépulture ne se trouve pas au Canada.