Noël & Pierre Morin
Ancêtres des Morin d'Amérique

Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique http://www.genealogie.org/

Noël Morin 
Plus de quatorze français, portant le patronyme Morin, vinrent en Nouvelle-France. Cependant, Noël Morin de Saint-Luc serait le père de l'une des souches les plus imposantes en Amérique. 
L'ancêtre Noël Morin est originaire de Brie-Comte-Robert, paroisse de St-Étienne , dans l'île de France. Il est né 1616 de Claude Morin et de Jeanne Moreau. 
Noël demeura à St-Germain de Loisé, puis à Mortagne. C'est de là qu'il décida de partir pour le Canada. Il exerça le métier de charron à Québec et sera tour à tour, défricheur, tonnelier et maréchal-ferrant. Le changement d'occupation était typique à bien des gens de ce temps là. 
Noël épousa Hélène Desportes, une sage-femme, un 9 janvier 1640, à Québec. Celle-ci était la veuve de Guillaume Hébert. 
De leur mariage vint au monde douze enfants dont cinq garçons. Deux d'entre eux fondèrent des familles. 
· Jean-Baptiste se maria à Catherine de Belleau en 1667 et ils eurent deux enfants. 
· Alphonse épousa Marie-Madeleine Normand en 1670 et onze enfants naquirent de leur union. 
L'aïeul décédait le 10 février 1680, à St-Thomas de Montmagny. Selon certaines sources, son épouse serait décédée avant lui en 1675, à Québec. 
Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique.
Pierre Morin (1669-1722) 
Pierre Morin de Plaine-Haute, Saint-Brieuc en Bretagne, né en 1666 ou 1669 est le fils de Pierre et Marguerite Laurent. Il contracte mariage devant le notaire J.R.Duprac le dimanche 7 février 1694 avec Marie Madeleine Lépinay née vers 1676 fille de Jean et Catherine Granger et l'épouse à Beauport le lundi 22 février 1694. De leur union naissent dix-sept enfants. 
Ce sergent des troupes de la marine reçoit une concession de terre de trois arpents de front par vingt-cinq arpents de profondeur du Seigneur Joseph Giffard, au village de Saint-Michel de Beauport, le 28 mars 1693. Le 27 avril 1718, Jean Turgeon et son épouse Anne Vachon lui vendent une terre de trois arpents de front par vingt-cinqs arpents de profondeur au village de Saint-Ignace de Beauport au prix de 400 livres. Il décède à Beauport où il est inhumé le 28 octobre 1722. 
INF : Dictionnaire biographique des ancêtres québécois de Michel Langlois. 
Source: André Morin