La dalle de la Petite Décharge

         La glissoire, appelée par nos gens "la dalle" et peut-être plus souvent "la slide", fut la première industrie d'Alma.  Sa construction avait amené nombre de travailleurs; son fonctionnement exigeait un personnel constant pour surveiller et assurer la régularité de l'opération, pour exécuter les réparations en cas de besoin.

         A part les réparations ordinaires d'entretien, rendues souvent nécessaires par les rigueurs du climat, certains accidents en provoquèrent plus d'une fois.  Ainsi, en 1867, les grandes eaux du printemps emportèrent le barrage No. 1, long de 145 pieds, et 130 pieds de la glissoire, et elles causèrent des dommages à celle-ci sur une centaine de pieds en plus.

         Les dégâts furent plus considérables en 1876.  Cette année-là la crue des eaux atteignit une hauteur extraordinaire: «34 pieds au-dessus du niveau ordinaire du lac», écrit l'ingénieur Rosa dans un rapport de 1882. «Le barrage No. 7 fut emporté ainsi que le couronnement de l'empellement et 1800 pieds de la glissoire, dont 936 pieds joignant l'empellement et 864 pieds à la partie inférieure».  L'année suivante le barrage No. 1 fut détruit de nouveau, cette fois par le feu.

          La compagnie Price avait fait réparer temporairement la glissoire, mais il fallut quand même la refaire sur une longueur de 1,239 pieds, reconstruire le barrage No. 1 et ajouter certains travaux de protection;  tout cela fut exécuté dans la saison de 1881-1882.   D'après les comptes publics, les frais d'entretien et de réparation aux aménagements de la Petite Décharge avaient coûté à l'état fédéral, de 1868 à 1882, la somme de $36,371.73.  Avec les frais de régie ($12,480.83) les dépenses s'élevaient à $48,852.60.  Elles étaient en partie compensées par un revenu brut de $18,540.88 pendant la même période.  Au total, de 1856 à 1882 le service de la Petite Décharge pour la descente des billots a donc coûté à l'état $81,144.52.  En ajoutant les dépenses faites dans la suite jusqu'en 1890, - car "tous les printemps on faisait des grosses réparations" - on peut admettre que les gens aient dit dans le temps: "La dalle a été couverte de piastres trois fois".

            La glissoire commença à servir en 1860.  Pendant près de trente ans tout le bois tiré des forêts qui entourent le lac Saint-Jean pour l'exportation a passé par là.  Nous n'avons pas de chiffres indiquant les quantités des treize premières années, mais pour la période suivante, de 1873 à 1882, on possède des rapports annuels sur le nombre de billes qui passèrent dans la glissoire.  Il y a intérêt à les donner. .
 

1873 89,770   billots
1874 73,883   billots
1875 87,688   billots
1876 33,246   billots
1877 34,690   billots
1878 10,885   billots
1879 71,256   billots
1880 39,712   billots
1881 79,989   billots
1882 38,000   billots